Comment s’organiser pour travailler seul(e)

Dans cet article je vais vous parler des difficultés que l’on rencontre, quand on travaille seul, et, qu’on n’a personne pour nous corriger.

LORS D’UN STAGE, ON A QUELQU’UN POUR NOUS GUIDER

Par exemple, quand j’ai animé un stage avec des ados. Au moment du collage au pistolet à colle. J’ai entendu un jeune, me demander « Sophie ! Pourquoi ça ne marche pas ? » 

En regardant le travail de la personne, je me suis aperçue qu’il y avait 1 cm d’écart entre deux cartons… Donc, un gros trou. Et, toute la colle avait coulé dans le trou…

Alors j’ai ramassé, un bout de carton, par terre, je l’ai coupé à la bonne taille. Ensuite j’ai bouché le trou avec, j’ai mis deux points de colle de la taille d’un petit pois, et le tour était joué. 

Cet exemple, est parfait pour vous démontrer que, quand on fait des meubles en carton. C’est primordial d’apprendre à regarder ce que l’on fait. Le meilleur endroit pour mettre un point de colle, c’est là ou les deux morceaux de carton sont les plus rapprochés. Si vous avez un espace trop grand, bouchez le trou, avec ce que vous trouvez. Et, ensuite, vous pouvez consolider le tout, avec un peu de colle. 

A LA MAISON, C’EST DIFFÉRENT CAR ON TRAVAILLE SEUL

Quand vous travaillez seul, vous êtes en permanence, amené à auto-évaluer votre travail. C’est ce qui s’appelle « être livré à soi même ».  

Quand quelque chose ne marche pas. Il faut apprendre à savoir s’arrêter, observer, analyser la situation et, rectifier nos erreurs. Plutôt que de s’acharner en faisant toujours pareil. 

Ce que je veux dire par ici, c’est qu’avec le meuble en carton, si l’on veut être efficace. On doit apprendre à composer avec sa manière d’être réelle. Et, non, pas avec ce que l’on croit qu’on va pouvoir faire. 

IL FAUT SAVOIR ABANDONNER SES FILTRES ERRONÉS

Vu à la vitesse où je devais aller, pour meubler mon appartement, j’ai dû vite me rendre à l’évidence. Pour gagner ma “bataille” contre le carton. Il fallait absolument que je compose avec ses forces, ses faiblesses, du carton, mais, aussi, avec les miennes. 

Un meuble en carton qui n'a pas besoin de colle; j'ai travaillé seule dessus
Des planches de carton, encastrées les unes dans les autres.

Donc, j’ai dû apprendre à observer. Comme je travaillais seule, j’ai dû apprendre à faire des diagnostics, pour comprendre mes erreurs. Et tirer des conclusions, de celles-ci.

VÉRIFIER CHAQUE ÉTAPE LORSQUE VOUS TRAVAILLEZ SEUL

Ainsi, quand j’ai fini un meuble en carton, je le passe entièrement en revue. Je vérifie partout pour voir si tout est solide, et, si rien ne bouge. Avant de passer le papier kraft, je nettoie au cutter toutes les coulures de colle, j’enlève les fils. 

Ce sont des réflexes qu’un novice n’a pas forcément. Parce qu’il ne ressent pas les effets de la négligence d’une étape aura, sur les prochaines. 

Par exemple, si vous avez des fils de colle sur votre meuble, et que vous passez la peinture. Une fois que vous aurez passé cinq minutes à nettoyer votre rouleau avec une pince à épiler, après chaque passage. Vous vous souviendrez que c’est mieux de passer 10 minutes à enlever à la main tous les fils. Que de vous amuser à nettoyer votre rouleau.

AU DÉBUT, ON N’A PAS FORCÉMENT LES BONS RÉFLEXES, QUAND ON TRAVAILLE SEUL

Rassurez vous, au début, on ne sait pas ce qu’il faut faire pour que ce soit bien. Et, c’est normal. Moi, au début, j’ai passé plus de temps à essuyer les plâtres, qu’à avancer. Et, je ne regrette pas, parce que cela m’a permis d’apprendre, et, de savoir pourquoi, c’était une erreur. 

Pour la décoration de ma chambre. Quand on travaille seul, on est plus créatif
Commode en carton

MAIS, IL VAUT MIEUX SE TROMPER QUE NE RIEN FAIRE

La pire erreur que l’on peut faire, c’est d’acheter tous ses outils et de les laisser à la cave. N’attendez pas de tout savoir, avant de commencer. On ne saura jamais tout, il y aura toujours des boulettes, il y aura toujours quelque chose qu’on n’avait pas prévu…. 

Plus vite on est sur les rails, plus vite on apprend à conduire. Et on se sent plus à l’aise pour travailler seul.

Et puis, là… Le pire qui peut nous arriver, c’est de gâcher un peu de carton… Le temps, lui, n’est pas gâché, parce qu’on en profite pour apprendre, et se perfectionner. Donc, ce n’est pas de la perte sèche. 

On aimerait tous savoir faire bien, tout depuis le début, mais c’est impossible. Et, même avec les meilleurs professeurs du monde. Tant qu’on n’a pas ressenti la leçon dans ses articulations en commençant à pratiquer. On ne pourra pas l’intégrer. 

LA PRATIQUE EST UN BON REMÈDE CONTRE L’ORGUEIL

Parce c’est bien, d’intégrer les choses, intellectuellement, mais, si on ne les expérimente pas dans notre chair. On aura juste l’impression de tout savoir, mieux, que tout le monde. Pour ma part, le passage à l’action, m’a apporté beaucoup d’humilité. Et m’a beaucoup aidé à apprendre à travailler seule.

Ce qui est le plus difficile, dans l’auto-apprentissage, c’est d’être face à un miroir qui nous dit, en permanence ; 

-Regardes, là, tu t’est trompé, observes bien. Parce que ça fait une heure que tu t’épuises. Alors que tu ferais mieux de t’arrêter cinq minutes pour réfléchir. 

-Regardes de plus près, parce qu’il y a quelque chose que tu n’as pas vu. 

-Tu crois que ton travail est parfait ? Ok, alors, imagines que tu vas mettre des livres, dans ton meuble… Est ce que celui-ci va tenir ? 

ABANDONNER SON ORGUEIL POUR AVANCER… 

Pour ma part, j’ai été amenée à abandonner mon orgueil pour réussir à accepter mes imperfections. Ça n’a pas été de gaîté de cœur, mais, je n’ai pas eu le choix. La bonne nouvelle, c’est que cela m’a permis de m’améliorer et, d’avancer. 

Si vous aussi, vous souhaitez vous améliorer, je vous invite à rejoindre ma formation. Vous serez certes, livré à vous même, mais, au moins, si quelque chose ne va pas, vous saurez faire un diagnostic. Vous saurez aussi trouver la solution par vous même. 

Cliquez ici, pour rejoindre la formation

Bon cartonnage, portez vous bien, 

Sophie 

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire